Tristan Corbière
le spectacle
l'auteur
les acteurs
les légendes
les naufrages
Tristan Corbière
les photos
la pub

médaillon de Corbère

Tristan Corbière

Tristan Corbière

"Le 1er mars 1875, dans la trentième année de son âge, s'éteignait à Morlaix un pauvre être falot, rongé de phtisie, perclus de rhumatismes et si long et si maigre et si jaune que les marins bretons, ses amis, l'avaient baptisé "An Ankou" (la mort)."
Ainsi commence la préface des "Amours jaunes" rédigée par Charles Le Goffic, édité chez Albert Messein en 1941.
(On peut trouver toute une littérature le concernant sur différents sites. Voir notamment http://membres.lycos.fr/mrrosko/

AU VIEUX ROSCOFF
Trou de flibustiers, vieux nid
A corsaire !- dans la tourmente,
Dors ton bon somme de granit
Sur tes caves que le flot hante..

Ronfle à la mer, ronfle à la brise
Ta corne dans la brume grise,
Ton pied marin dans les brisans...
-Dors : tu peux fermer ton oeil borgne
Ouvert sur le large et qui lorgne
Les Anglais, depuis trois cents ans.

rumeursdecriee
24/08/04